Roger-A. Lhombreaud   au Salon du livre militaire, Bergerac, 2000.

DEDICACE

Pour la reconnaissance des humbles

 

«  Une monstrueuse injustice, contemporaine des premiers âges, rejetait dans l’oubli la masse énorme des vivants qui sont la substance de l’Histoire et ne laissait émerger, au dessus de la douleur anonyme, que quelques élus. Eux seuls, par la succession éclatante de leurs actes, pouvaient se permettre un hautain dialogue avec le Temps, eux seuls entraient dans les secrets de ce fleuve inconnu, tandis que tous les autres étaient condamnés à un piétinement sans date et sans mémoire…

Il semble que désormais cette image primitive et inhumaine ait craqué sous la poussée de la conscience unanime…

Chaque citoyen, sur l’horloge tournante de la terre, se sent comme délégué à la représentation d’un fragment de la durée, à la garde fugitive d’une seconde, à la manœuvre d’un éclair particulier…. »

Jean Tardieu : La Part de l’Ombre : "Image du Temps"

________________________________________________________

Diffusé par  RADIO FRANCE : Revue de Presse des livres ,  15 mai 2000 :

36 15 Radio France : taper RDPL / www.radio-france.fr rubrique "Dédicaces" : 15 mai 2000

Roger-A. Lhombreaud : MÉMOIRE ET DESTIN : Fin d'une adolescence en temps de guerre

Collection Gutenberg XXIème siècle, Paris, Imprimerie nationale, 2000. 276 p ISBN 2-84558-019-3

DÉDICACE :

«  Je dédie aux jeunes de notre nouveau siècle ce témoignage "Mémoire et destin : fin d'une adolescence en temps de guerre" : jeunes, je ne vous donne pas ici un récit de plus d'Ancien combattant, je vous apporte simplement les faits et gestes, les pensées et les espoirs du jeune homme que j'étais, il y a soixante ans, dans un Bordeaux inopinément occupé. J'ai tout d'abord résisté instinctivement ; j'ai été arrêté et torturé par la gestapo, je suis passé en cour martiale où j'ai étrangement marchandé ma sentence ; sorti de prison, mis hors-la-loi, j'ai pu trouver à être intégré dans un mouvement de Résistance, mais ne voulant pas avoir du sang sur les mains, j'ai choisi d'être versé dans des réseaux de renseignements. Je suis parvenu à m'en tirer jusqu'à la Libération, en dépit des dangers, des trahisons, et de tant de camarades exécutés ou morts en déportation. Je vous offre le récit de "péripéties" vécues, la relation de mes attentes à ce moment-là et des préoccupations et des sentiments de la vie de tous les jours, en longeant ce que mon ami, le poète Pierre Emmanuel, a appelé "la plus hostile rue des temps", et aussi mes réflexions sur l'esprit de la Résistance - de toutes les résistances . Mes amis, jeunes de notre temps, n'aurez pas à vivre des drames aussi intenses, du moins je l'espère ardemment, mais il vous faut apprendre à dire NON, ensemble, à tout ce qui est injuste et qui opprime l'Homme : c'est donc à vous que je dédie ma déposition !  »

Roger-A.Lhombreaud                                   

 

 

 

,